Parler d’architecture intérieure pose inévitablement la question du style de l’architecte d’intérieur. Quel est « son » style ? Comprendra-t-il ce que j’aime, ce que je demande ? Comment pourrons nous faire converger mes besoins et mes contraintes, notamment budgétaires, avec le style forcément personnel de l’architecte choisi ? Confier son projet à un architecte d‘intérieur est-ce donner une carte blanche ? Pourrons-nous faire valoir nos goûts, nos attentes, nos besoins ?

Sébastien Caron et Vincent Bessière, les deux principaux associés de l’agence se sont livrés au jeu des questions réponses.

Sébastien, comment définirais-tu ton style ?
Si j’étais un peu provocateur, je dirais précisément que je n’ai pas de style ! Disons que j’ai certainement des préférences, notamment une vraie prédilection pour les mariages inattendus d’époques, de couleurs et de matières, mais ma démarche ne se définit pas par un style prédéfini. Il me semblerait au contraire assez invasif d’imposer mon style à mes clients, c’est eux qui au final, vont vivre dans l’intérieur que nous aurons créé ensemble. Je ne commence donc pas par « voici mon style », mais plutôt par « Quel est votre histoire et celle que vous aimeriez raconter ? Comment vivez-vous au quotidien dans votre intérieur ? On peut résumer en disant que j’ai un style éclectique sans a priori mais plutôt que style, je préfère le mot démarche.

Alors, quel est le but de ta démarche ?
Le but de ma démarche est de trouver le meilleur moyen de mettre en valeur le lieu que l’on me confie en fonction de la personnalité, des objectifs, et bien entendu, des propres goûts et contraintes de son propriétaire. Ne rien imposer, mais faire découvrir et proposer, cela me semble une bonne démarche pour un architecte d’intérieur.

Mais Comment intègres-tu ta propre vision du lieu ? Tu as des préférences ?
Bien sûr, j’ai assez rapidement une vision claire de la manière de mettre en valeur un lieu, et bien entendu, comme tout le monde, j’ai mes goûts, mes leitmotivs, tels les mélanges de couleurs et de matières, les manières de souligner l’architecture d’un lieu, de le théâtraliser. La démarche consiste justement à proposer des choses qui donnent une valeur ajoutée, de nouvelles idées avec la personnalité de mes clients, sinon à quoi bon faire appel à un architecte d’intérieur ?

Et pour un hôtel ou un restaurant ?
Le processus est très similaire avec des contraintes supplémentaires que sont un sens aigu de l’hospitalité, la circulation des personnes, clients comme personnel tout en veillant à la théâtralisation du lieu, et bien sûr les contraintes de sécurité. Je passe beaucoup de temps à échanger avec le client pour lui proposer l’atmosphère qui correspondra le mieux à la fois à la clientèle visée et au lieu, par définition un lieu de convivialité. Le choix des matériaux est aussi essentiel car ils doivent être à la fois esthétiques, résistants et fonctionnels. Lorsque j’étais en charge de projets architecturaux au Printemps Haussmann, je concevais des espaces qui accueillaient plusieurs milliers de visiteurs par jour et croyez-moi de tels flux ne permettent pas l’approximation.

Pas de mode d’emploi ou de figure imposée ?
Surtout pas, car chaque lieu est différent, chaque client est unique. J’aime la créativité, l’inattendu des lieux, restaurer une atmosphère perdue, ou faire perdurer l’âme des lieux …

A regarder les projets de l’agence, tu aimes la couleur pourtant !
Oui tout à fait, la couleur est la grande oubliée des intérieurs, qui sont trop souvent blancs. Or toutes les couleurs sont intéressantes, et en fonction de la lumière des lieux, peuvent être mariées pour apporter de la profondeur, pour sculpter des contrastes. Certes j’aime les couleurs mais je n’imposerai pas du rouge à quelqu’un qui ne veut que du blanc ! À quelqu’un qui veut du blanc, je peux proposer de marier plusieurs blancs, ou de marier des blancs avec une ou des tonalités qui mettront précisément en valeur le blanc. Tout est une question de dosage, et le but est de respecter la personnalité des résidents et des lieux. A contrario, j’ai déjà fait peindre un appartement sans une touche de blanc, et le résultat était vraiment saisissant. Il n’y a pas de limite autre que la demande du client.

Que regardes tu en priorité ?
Je considère les volumes, l’architecture du lieu, notamment dès l’entrée car elle donne le « la » d’un intérieur. Comprendre le volume et son potentiel souvent caché est indispensable, et avoir une vision créative de l’ensemble l’est tout autant car c’est l’alliance de l’architecture et de la décoration qui révèlera une atmosphère jusque dans des détails d’une plinthe par exemple. Une moindre superficie n’empêche pas le beau, de même pour la contrainte budgétaire. On peut aujourd’hui faire beaucoup de choses avec des solutions inventives.

Tu apprécies aussi le mélange des matériaux ?
Oui, il n’y a pas de limites. Ajouter des moulures, adopter un papier peint détonnant, ou apportant de la matière, du relief, avoir recours à des teintes inattendues tout en étant harmonieuses, confronter les styles et époques… On peut parfois créer une atmosphère nouvelle avec peu de choses, en jouant simplement sur un ou plusieurs matériaux.

Qu’est-ce que tu aimes / qu’est-ce que tu n’aimes pas ?
Je n’aime pas les choses attendues. J’aime que le lieu soit personnel, qu’il étonne d’un premier abord, mais qu’au final, on se dise : « c’est inattendu, et finalement totalement approprié. J’aime surprendre ! Un lieu qui laisse indifférent c’est un échec…

Les associés, deux profils complémentaires :

Sébastien Caron est le directeur artistique de l’agence Caron & Associés. Il est diplômé en Architecture d’Intérieur et Design de l’Institut Supérieur des Arts Appliqués de Paris dont il est sorti major. Pendant neuf ans, il a assuré la gestion de projets architecturaux du Printemps, dont les espaces luxe du magasin boulevard Haussmann à Paris. Depuis 2015, il se consacre aux clients de l’agence, mettant à leur service sa capacité de comprendre leur demande et de faire converger ses exigences du beau avec les besoins des clients.

Vincent Bessière est le gérant de l’agence en charge des relations clients. Après une carrière dans le secteur bancaire à Paris et Londres, Vincent a trouvé en Caron & Associés une opportunité de marier deux de ses multiples passions : une passion pour les beaux lieux de vie et sa passion pour la réalisation de projets entrepreneuriaux. Il est diplômé d’HEC et de NYU Stern.